Intermedia
THE FUTUR OF DIGITAL CONTENTS' DISTRIBUTION
  • Sophie Boudet-Dalbin

    Docteur en sciences de l'information et de la communication (SIC) de l'Université Paris 2 Panthéon-Assas, je travaille sur la distribution des contenus numériques.

    Ma recherche doctorale, pluridisciplinaire, est une étude prospective qui vise à trouver des solutions concrètes pour la distribution des films par Internet, en mesure de dépasser les stéréotypes et de réconcilier les motivations et contraintes des divers acteurs économiques, créateurs, publics internautes et entités nationales.
    ....................................

    Doctor in Information and Communication Sciences at the University Paris 2 Panthéon-Assas, I focus on digital content distribution.

    My PhD, multidisciplinary, aimes at finding concrete solutions for digital distribution of films, that would outreach stereotypes as well as reconcile the motivations and constraints of the various economic actors, creators, audience, Internet users and national entities.


  • Archive pour février 2010

    25
    02
    2010

    Défiscaliser l’investissement dans la production participative

    defiscalisationLa vrai bonne idée du jour :
    sur ElectroLibre ce matin, Philippe Astor a fait une proposition tout à fait intéressante : défiscaliser l’investissement dans la production participative musicale (sur des sites, type My Major Company) ou cinéma (type, People for Cinema), pour rendre ce nouveau type d’interaction avec le public internaute plus attractif et instaurer une certaine justice fiscale.

    Tags: , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    24
    02
    2010

    Quand la BD se frotte à Internet

    Image_1Vous êtes amateur de BD ; vous êtes connecté. Vous aimez feuilleter l’ouvrage ; vous appréciez l’objet. Vous êtes friands des dessins ; vous raffolez des histoires. 

    Et bien à partir du 1er mars prochain, pour le prix d’un café en terrasse (plus un petit pourboire), « Les autres gens » vous propose de vous abonner et de consulter en ligne chaque jour un nouvel épisode (30 à 40 cases) d’un feuilleton BD inédit, sur votre ordinateur ou votre smartphone. Pour ceux qui arriveront en cours de route, un résumé leur permettra même une mise à niveau expresse et hilarante assurée mois après mois.

    Un véritable soap opéra d’un nouveau genre, réalisé spécialement pour le net par de nombreux auteurs, professionnels de la BD ou de l’illustration, qui vous propose de participer à l’avenir de la bande dessinée à l’ère du numérique. Tout un programme !

     

    Nous avons voulu en savoir un peu plus sur ces autres gens pas comme tout le monde…

    A l’initiative de ce projet, Thomas Cadène, auteur de BD, blogueur sur Rue89, Co-organisateur du PPPIFBDM.

    Voici ce qu’il nous a confié :

    > D’où vient le parti pris de ne pas proposer de téléchargement ?
    TC : Nous avons remarqué qu’Internet est de plus en plus omniprésent. Le téléchargement nous est apparu comme accroissant de manière importante le risque d’un « partage » non autorisé et préjudiciable sans pour autant apporter un vrai plus au lecteur. Ainsi, il n’achète pas une BD (pour laquelle en effet, aux vues du nombre de pages, il faudrait un téléchargement) mais le droit de consulter quotidiennement un épisode d’une série. La lecture sans être aussi courte que pour la plupart des notes de blogs n’en reste pas moins d’une longueur très relative et sa consultation « sur place » ne nous apparait pas comme un problème.

    > Comment percevez-vous la situation de la BD face au piratage sur Internet ? 
    TC : A mon avis le risque est absolument le même que pour la musique ou le cinéma. C’est donc en évoluant qu’on peut faire bouger les choses ou du moins s’y adapter. En ce qui nous concerne bien sûr que nous pouvons être piratés, mais vu les prix que nous proposons, il faut vraiment que le type n’ait rien d’autre à faire ; pour qu’il récupère d’une manière ou d’une autre nos images, qu’il les remette bien et qu’ensuite… Ensuite quoi ? Les mettre sous clé USB pour les vendre une fois par semaine ? Les envoyer à ses amis ?… Cela arrivera sans doute, mais à moins de 3€ par mois ça nous paraît énormément de boulot pour une satisfaction extrêmement relative. Par ailleurs en ce qui nous concerne on ne peut pas vraiment « idéologiquement » nous reprocher le tarif des albums puisque notre produit est spécifique au net et que le prix est étudié précisément pour ce support. Bref nous verrons mais nous comptons beaucoup sur l’intelligence de nos lecteurs.

    > Quel est le modèle économique ? Envisagez-vous des évolutions possibles avec des annonceurs, du placement de produit ?
    TC : Pour l’heure, le modèle économique est essentiellement l’abonnement. Les évolutions vers la pub sont possibles, mais toujours de manière inconditionnelle, et si ça arrive, dans le respect de notre plus totale indépendance. Il y a quelque chose de terrible dans les blogs qui deviennent des supports de pub, il y a parfois quelque chose de navrant dans les films qui le deviennent… 

    > Pourquoi ce prix (2,79€ pour 1 mois, 15€ pour 6 mois, 29€ pour 1 an) ?
    TC : Nous n’avons pas fait une série d’offres « démentiellement » attractives pour les durées plus longues parce que nous considérons que le prix de base (par mois) est une sorte de minimum acceptable pour ne pas dévaluer le travail que nous faisons. Le prix est vraiment l’idée que l’on se rend plus qu’accessibles sans pour autant se brader. 

    > Comment ce projet est-il né ?
    TC : D’une envie de faire une série en « temps réel », de s’essayer à ce format et de profiter du fait qu’Internet se révèle pouvoir être le support idéal de ce genre d’approche. D’une envie aussi de se prendre en main sur un projet d’œuvre.

    > Quels seront les thèmes forts de ce feuilleton ?
    TC : Rien n’est exclu. Pour le moment, les questions qui arrivent tournent autour de l’engagement, de l’argent, de la politique, de la famille, des rencontres, du sexe (surtout en fin de mois !), de ce que l’on devient, de pourquoi l’on agit… Bref, de la vie en général. Il est évident que c’est une série qui n’est ni de la science fiction, ni de l’heroic fantasy, ni du « fantastique », il n’y a pas de virus mortel inconnu ni de vampire…

    > Quel travail sur la narration ?
    TC : En ce qui concerne le scénario, la formule est « classique » ; autour de quelques personnes, les histoires se croisent, se développent, se rencontrent, se terminent et on essaie de donner envie au lecteur de connaître la suite à la fin de chacun des épisodes et plus spécialement à la fin du mois. En ce qui concerne le dessin, c’est plus particulier, tous les dessinateurs travaillent en même temps, dans un format case par case et un relecteur vérifie que tout colle, que les décors, les habits sont respectés de l’un à l’autre. Les styles varient et donnent à chaque épisode un ton bien particulier sans jamais dénaturer ou saboter l’histoire. À ce niveau là, l’expérience est réellement passionnante visuellement.

    Tags: , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    22
    02
    2010

    Quel rôle pour le public de cinéma sur le net ?

    marketing_viralEn début de semaine dernière, un email arrive dans ma boîte de réception ; UbicMedia organise une conférence pour débattre du sort du cinéma à l’ère d’Internet, entre professionnels du secteur, dans un lieu très sélect. La communication est faite 2 jours avant l’événement ; le cercle des invités semble assez concentré. Le rendez-vous est pris.

    UbicMedia, dont j’avais interviewé il y a 2 ans le directeur marketing Pierre Col, propose PUMit, un système sécurisé de diffusion de films sur Internet, intéressant même si seulement compatible PC… Donc, UbicMedia organise les PUMit Meetings, conférences bimestrielles sur Internet entant que nouveau média pour le cinéma. Le 18 février, la 2e édition allait se concentrer sur les spectateurs qui deviennent actifs. Un thème qui n’a pas fini de faire parler de lui.

    Dans la brume matinale parisienne, me voici qui monte l’avenue Junot. Les indications disent d’emprunter le Passage de la sorcière ; je m’exécute. Après avoir poussé un grand portail noir, je rentre dans l’Hôtel particulier de Montmartre. « On dirait que l’on rejoint une société secrète », me lance en plaisantant une personne qui se rend également à la conférence. Nous entrons alors dans cette belle bâtisse blanche. Accueillis comme il se doit, on nous remet un descriptif du système PUMit et une listes de tous les participants avec la société qu’ils représentent. Le ton est donné.

    Au programme, aux côtés d’Olivier Pfeiffer d’UbicMedia USA, Serge Hayat de People for Cinema & Cyril Barthet de Vodkaster, qui étaient intervenus il y a 3 semaines à la conférence-débat que j’avais suivi avec grand intérêt à La Cantine. Chacun nous expose son service. Les questions du public de professionnels pleuvent ; l’opportunité de décortiquer ces nouveaux outils marketing pour la diffusion des films à l’ère d’Internet. 

    Dans une lumière tamisée, devant un parterre de fauteuils cuirassés, entourés de tableaux du New York industriels et de vases emplis de fleurs de lys, les intervenants commencent la grand-messe. Serge Hayat entame et incise : « Lorsque les personnes de My Majors Company sont venus me trouver il y a quelque temps pour adapter le concept à l’industrie du cinéma, au début je n’y croyais pas trop ; et je n’y crois toujours pas. » Il s’explique ; l’industrie du film a cela de particulier par rapport à celle de la musique que les coûts sont énormes, les structures de productions atomisées (en Europe, et en France particulièrement), que le métier de producteur est bien distinct de celui de distributeur et que l’ingénierie est différente, avec un besoin essentiel de pré-vendre le film. Ainsi, un modèle basé sur la production n’a que peu de chance…

    La valeur ajoutée de cette plateforme Internet qui propose à l’internaute de cofinancer des films (jusqu’à 20 par an, à terme) réside donc dans l’offre d’un marketing alternatif qui travaille les communautés sur chaque film, à l’heure où les coûts de communication flambent pour attirer l’attention du public et cultiver le goût de la salle. Le modèle économique est simple ; sur 100€ investis par l’internaute (avec un retour sur investissement de 15% sur les recettes), 110€ sont prélevés, dont 10€ de frais techniques. Parallèlement, le modèle publicitaire sera bientôt mis en œuvre. Lancé en début d’année, le site People for Cinema semble donc prometteur et adapté aux attentes du public internaute-cynéphile. 

    C’est au tour de Cyril Barthet de présenter Vodkaster, site qui propose aux internautes de visionner ou de poster des répliques de films, sortes d’extraits promo de moins de 3 minutes (limite pour ne pas avoir à reverser de sous aux ayants droit). Le fondateur de cette plateforme cinéma, qui en est encore à ses débuts, expose ses différentes pistes d’évolution. Entre autres, un Movie Quiz récemment mis en ligne sur le site ; un outil de divertissement très prometteur, une véritable porte d’entrée ludique qui permettrait d’élargir l’audience. 

    Dernier intervenant, Olivier Pfeiffer d’UbicMedia, qui propose de nous parler du Theatrical On-Demand. S’appuyant sur les observations de B-Side, distributeur innovant dans le domaine de la distribution numérique de films, Olivier Pfeiffer souligne que même si certaines sorties en salles demeurent déficitaires, un film sorti d’abord en salle fait en moyenne 25 fois plus de vente qu’un film sorti directement en DVD. La sortie cinéma peut donc être considérée, dans une certaine mesure, simplement comme une opération marketing, dont les coûts pourraient être supportés par les internautes, passionnés par un film découvert lors d’un festival par exemple. Une façon intéressante de donner la possibilité au public d’utiliser Internet pour faire vivre le cinéma.

    Tags: , , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    22
    02
    2010

    Quand la vache et le bouc se rebellent

    Vu sur Ecrans, ce graphique qui illustre avec humour et simplicité (un peu trop peut-être), le ressenti d’un public qui en a assez d’être la vache (à lait) et le bouc (émissaire) pour une industrie qui peine à adapter ses supports de diffusion (cliquez sur le graphique pour l’agrandir) :

    GxzeV

    Tags: , , , , , ,
    Publié dans ENGLISH, FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    5
    02
    2010

    Cinéma & Internet, la réflexion avance

    Affiche3Nombres de conférences sur l’avenir du cinéma à l’ère d’Internet n’arrivent malheureusement pas à dépasser le simple inventaire des blocages. Mais lorsqu’elles réussissent effectivement à bâtir des échanges constructifs et concrets autour de nouvelles pistes de création de valeur entre deux secteurs qui se heurtent, celles-ci méritent d’être saluées !

    C’est le défi qu’a relevé avec brio la conférence-débat Cinéma & Internet jeudi dernier à La Cantine, dans le cadre de 3 jours événements Free Culture remix pour fêter ses 2 ans d’existence. L’occasion de réunir cinéphiles, producteurs cinéma, distributeurs de salles, éditeurs DVD, entrepreneurs dans les domaines des réseaux sociaux, du crowdfounding, de la VOD, des moteurs de recommandation, de l’indexation collaborative de films.

    Alain Rocca, producteur de films et directeur d’UniversCiné, assurait ainsi que l’industrie est bien consciente que tout l’avenir du cinéma se joue sur Internet et qu’il ne lui faut vraiment pas rater la marche. Voilà qui est rassurant ! La question centrale serait de trouver comment susciter l’appétit de cinéma, moteur de la filière, initialement basé sur la chronologie des médias, qui permet d’amortir les recettes d’un film sur ses différents supports. Etant donné que le P2P répond à l’appétit du tout-tout-de-suite, l’enjeu est alors de réussir à faire migrer cet appétit vers les offres légales, qui malheureusement tardent à apparaître.

    Des pistes sont à l’étude, comme des systèmes premiums (donc assez chers) pour voir un film sur Internet avant sa sortie en salles. Un système qui ne serait pas destructeur de valeur, à la différence du gratuit, aux vues de l’investissement financier colossal dans la production. Alain Rocca prévient d’ailleurs contre le spectre du « cinéma de Monsieur Carrefour » dans l’économie du gratuit ; le film devenant un simple produit d’appel pour des grandes marques en quête de notoriété. Par contre, Apple, avec la location de films sur l’iTunes Store, va dans le bon sens en facilitant l’aisance du consommateur et en apportant du qualitatif. 

    Aux côtés de représentants de l’industrie (producteur et distributeur), la conférence réunissait un panel d’entrepreneurs proposant des modèles de valorisation du cinéma adaptés aux nouveaux usages. L’occasion de confronter les réels enjeux du cinéma traditionnel et les évolutions possibles de cette industrie sur Internet. Ont répondu présents : 

    Cinefriends, un site communautaire pour passionnés de cinéma qui propose d’accompagner le film sur Internet, et par là même, de réduire la frontière entre professionnels et cinéphiles.

    Cinetrafic, un moteur de recommandation innovant avec pour vocation de favoriser la vente et la location de films sur tous supports ainsi que la promotion du contenu cinéma sur Internet. Des listes reconstruisant l’univers cinématographique permettent ainsi aux internautes d’y voyager à leur grès, que ce soit à travers les filmographies, les festivals, les genres.

    People for Cinema, une plateforme Internet qui propose de financer la distribution et la commercialisation des films. Par le biais d’accords avec les distributeurs (Mars Distribution, Canal+), les internautes vont pouvoir s’insérer dans les contrats (droits de coproduction, parts dans la distribution en salles). Il s’agit de leur donner la possibilité d’investir de l’argent (avec une mise de départ de 20€) dans la distribution des films auxquels ils croient et pouvoir ensuite toucher une partie des recettes. Parallèlement, ils participent au lancement, rencontrent les équipes, sont invités aux avant-premières privées et deviennent ainsi des ambassadeurs privilégiés pour les films dans lesquels ils ont investi.

    Touscoprod propose pour sa part aux internautes cinéphiles de devenir producteurs de films. Axée autour du cinéma indépendant, cette plateforme Internet construit des communautés qui vont venir soutenir la production, bien en amont du film. Avec une mise de départ de 10€, Touscoprod contribuerait pour 10 % en moyenne du budget total de production.

    Ulike, un site de partage des goûts qui réunit 40 000 personnes de 50 pays. Bien qu’il regroupe la culture dans toute sa transversalité, le cinéma représente tout de même un tiers de sa base de données. Sur le modèle de l’encyclopédie participative en ligne Wikipedia, ce site crée un algorithme qui, à partir des goûts, va émettre des recommandations. Le principe est simple, l’internaute dit ce qu’il aime et Ulike va lui recommander d’autres choses.

    Vodkaster, une plateforme web qui agit sur le marketing en permettant le visionnage d’extraits de films. Partant du constat que YouTube répond à un appétit certain pour voir ou revoir des scènes cultes, Vodkaster a voulu créer une alternative en misant sur la qualité vidéo, la recontextalisation et la légalité de l’offre. 12 000 scènes sont ainsi référencées et classées par mots clés. Un projet d’algorithme serait à l’étude, pour la recherche par répliques par exemple. Surfant également sur la vague du participatif, Vodkaster permet aux internautes de poster des vidéos par le biais de son logiciel de sélection de scène de moins de 3 minutes. Le modèle économique repose sur un référencement de l’offre légale, des flux publicitaires et une offre de services pour les distributeurs.

    The Auteurs, une plateforme VOD internationale (qui propose donc de louer des vidéos, selon les accords par zone géographique) avec toutes les fonctionnalités de promotion virale et qui propose un service B2B.

    Après un débat entre tous les intervenants et la salle, il en est ressorti que la grande valeur ajoutée d’une distribution des films sur Internet demeure la recommandation, qui diminue radicalement le coût de recherche du consommateur.

    Le grand défi du cinéma à l’ère du numérique demeure l’adaptation de la chronologie des médias. Même si certaines expériences de diffusion simultanée multisupports ont rencontré un réel succès, il n’empêche qu’elles restent exceptionnelles et ne justifient pas forcément de jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Prenons par exemple, le film Home. Diffusé gratuitement sur YouTube 10 jours avant sa diffusion TV et sa distribution DVD simultanée, le film a rencontré un réel succès auprès du public. Mais il faut garder à l’esprit que sa production avait été principalement financée par le mécénat et qu’il s’agit d’un film particulier. Un autre exemple qui est revenu régulièrement tout au long de la conférence : L’année de la jupe, diffusé simultanément en salles et à la TV. Financé par la télé, il est apparu que la distribution cinéma n’a pas été cannibalisée par la diffusion TV. 

    Les salles seraient-elles vouées à disparaître ? Une chose est sûre, à force de vouloir se protéger, l’industrie cinéma risque de s’enfermer dans son tombeau, chose que l’industrie de la musique commence à peine à réaliser.

    Tags: , , , , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire