Intermedia
THE FUTUR OF DIGITAL CONTENTS' DISTRIBUTION
  • Sophie Boudet-Dalbin

    Docteur en sciences de l'information et de la communication (SIC) de l'Université Paris 2 Panthéon-Assas, je travaille sur la distribution des contenus numériques.

    Ma recherche doctorale, pluridisciplinaire, est une étude prospective qui vise à trouver des solutions concrètes pour la distribution des films par Internet, en mesure de dépasser les stéréotypes et de réconcilier les motivations et contraintes des divers acteurs économiques, créateurs, publics internautes et entités nationales.
    ....................................

    Doctor in Information and Communication Sciences at the University Paris 2 Panthéon-Assas, I focus on digital content distribution.

    My PhD, multidisciplinary, aimes at finding concrete solutions for digital distribution of films, that would outreach stereotypes as well as reconcile the motivations and constraints of the various economic actors, creators, audience, Internet users and national entities.


  • Articles taggés avec ‘Numérique’

    3
    12
    2012

    E-éducation : quels sont les grands enjeux de demain ?

    La semaine dernière avaient lieu Les Assises du Numérique 2012 à Paris Dauphine. Entre autres sujets abordés, la table ronde sur la e-éducation intitulée « De la craie à la tablette numérique : la révolution éducative » rassemblait un panel intéressant d’experts, industriels et chercheurs. L’occasion de faire un rapide point sur les avancées, défis et enjeux de l’intégration du numérique dans les pratiques éducatives.

    « Je crains que l’on ne puisse pas s’adapter » lançait d’entrée de jeu Michelle Laurissergues. Pour la Présidente de l’An@é (Association nationale des acteurs de l’école), il s’agit en France, non plus de considérer la maîtrise de la technique comme une fin en soi (un écueil bien français), mais plutôt d’agir de manière opérationnelle, au grès des évolutions technologiques.

    Le paramètre numérique change radicalement l’école. Pour Michelle Laurissergues, « il faut tout changer ». Plus possible de ne s’appuyer que sur un programme validé. Le système éducatif se dématérialise : partout et tout le temps. Désormais l’environnement numérique doit être du 24/24 heures.

    Mais il reste à régler les questions de l’infrastructure technique, de la disponibilité de ressources attractives et de l’intérêt pédagogique des solutions mises en œuvre. « On pense toujours aux usages finaux, à l’infrastructure technique (le haut débit par exemple), mais il ne faut pas oublier l’expérience utilisateur (l’offre de contenus, l’interface) », remarquait Marc Charrière d’Alcatel France.

    Il décrivait ainsi 3 phases stratégiques pour le développement de ce qui devient la m-éducation (mobile education) : 1) construction du réseau ; 2) mise en place des plateformes de cloud ; 3) édition des manuels disponibles sur les tablettes.

    Il faut revenir aux fondements philosophiques : quoi, pourquoi ? Il s’agit de s’interroger sur le type d’école que l’on veut, sur la valeur ajoutée que les TIC peuvent apporter pour les parents, les enseignants, les élèves et la société dans son ensemble, comme le soulignait François Taddei, généticien et membre du Haut conseil de l’éducation.

    Nous devons encourager le développement d’une « technologie socratique », la co-construction de solutions, la création de lieux ouverts, accompagner les enfants et leur apprendre à partager et à coopérer, leur inculquer l’éthique et favoriser les relations humaines.

    Car au final, à l’heure du numérique où tout s’accélère, « on ne peut pas former les jeunes aux métiers de demain, on ne peut que les accompagner ». Il est ainsi essentiel de prendre la mesure de l’impact des TIC sur le processus même d’apprentissage, comme le montre bien cette vidéo très juste d’une vingtaine de minutes faisant intervenir plusieurs experts :

    Tags: , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    29
    09
    2012

    Le tout gratuit est-il vraiment une fatalité à l’ère du numérique ?

    Article publié dans le magazine en ligne d’actualité et d’analyse du monde informatique, PC INpact.



    Pour beaucoup, le Net est vécu comme un espace de liberté, d’universalité et de… gratuité. « Les mômes veulent l’instantanéité et on leur a mis dans la tête que ça devait être gratuit » lançait le 21 août dernier au micro de RMC Pierre Lescure, chargé par le gouvernement d’une mission de concertation sur l’adaptation de l’économie de la culture au monde connecté. Que « les mômes » souhaitent désormais avoir accès à tout, immédiatement et sans contraintes est un fait. Quoi de plus naturel à l’ère du numérique, avec la baisse considérable des coûts et l’accessibilité accrue des œuvres dématérialisées. Qu’ils soient jeunes ou moins jeunes d’ailleurs. Et certes, la génération élevée au lait d’Internet est habituée à se servir dans les supermarchés du Net. Mais cela ne veut pas forcément dire que le tout gratuit soit une fatalité.

    Lire l’article.

    Tags: , , , , , , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    2
    12
    2011

    La distribution des films par Internet : enjeux socioculturels, économiques et géopolitiques

    Ma thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication à télécharger ici en version résumée et complète.

    Tags: , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    9
    11
    2011

    La distribution des films par Internet : enjeux socioculturels, économiques et géopolitiques

    Thèse rendue, soutenance prévue courant décembre. L’aventure continue !

    logo

    Résumé :

    A l’heure d’Internet, l’avenir du cinéma est en jeu. Les TIC nous font entrer dans une nouvelle ère dont la caractéristique centrale est le transport instantané de données immatérielles. Les modes de fonctionnement de la société, de l’économie et du droit d’auteur s’en trouvent bouleversés. L’adoption rapide des usages et l’extrême volatilité des modèles appellent à un ajustement des stratégies pour concilier développement technologique et juste rémunération des ayants droit. Avec la disparition de la notion de territorialité et la remise en cause du concept de propriété, l’Etat tente d’ajuster les diverses législations en vigueur et se lance dans une course de vitesse contre le numérique. L’industrie sort, quant à elle, progressivement d’une position défensive et s’efforce de développer des offres et services innovants. Mais la remise en cause de la chronologie des médias et l’arrivée d’une multitude d’acteurs qui ne participent pas au financement de la création, requièrent des solutions novatrices et de nature supranationale. S’il est important de faire évoluer les cadres juridiques et réglementaires pour soutenir et favoriser la distribution des films à la demande, il est également urgent de concevoir collectivement la manière dont les nouvelles pratiques de la génération connectée peuvent contribuer à un soutien équilibré de la production, condition fondamentale pour la pérennité du cinéma. Cette recherche pluridisciplinaire est une étude prospective qui vise à trouver des solutions concrètes en mesure de dépasser les stéréotypes et de réconcilier les motivations et contraintes des divers acteurs : industries, créateurs, publics, gouvernements.

    Tags: , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire