Intermedia
THE FUTUR OF DIGITAL CONTENTS' DISTRIBUTION
  • Sophie Boudet-Dalbin

    Docteur en sciences de l'information et de la communication (SIC) de l'Université Paris 2 Panthéon-Assas, je travaille sur la distribution des contenus numériques.

    Ma recherche doctorale, pluridisciplinaire, est une étude prospective qui vise à trouver des solutions concrètes pour la distribution des films par Internet, en mesure de dépasser les stéréotypes et de réconcilier les motivations et contraintes des divers acteurs économiques, créateurs, publics internautes et entités nationales.
    ....................................

    Doctor in Information and Communication Sciences at the University Paris 2 Panthéon-Assas, I focus on digital content distribution.

    My PhD, multidisciplinary, aimes at finding concrete solutions for digital distribution of films, that would outreach stereotypes as well as reconcile the motivations and constraints of the various economic actors, creators, audience, Internet users and national entities.


  • Articles taggés avec ‘Technologies’

    26
    03
    2013

    Vers un monde sans humain ?

    A l’heure des nanotechnologies, les machines vont-elles nous permettre de transcender la mort ? Demain, un monde sans humains ? Des progrès scientifiques pour qui, pourquoi ?
    Un documentaire à voir :

    Tags: , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    23
    07
    2011

    « Everyone is moving towards day and date of movie theater and home entertainment »

    sf-a_rgb_singellogga_small

    Interview of Jonas Dahllöf, CEO, SF Anytime

    29/06/11


    • Concerning the SF Anytime online film offer

    - SBD: What are the competitive advantages of the SF Anytime offer?

    JD: SF is a house owned brand name and is part of the history. Anyone who has grown up in these countries has some kind of relationship to the SF brand, by far the strongest when it comes to film. So an obvious way to answer the question is: it’s a broad service, we have a very strong brand name, we are very much related to sales so very competent, we have an incredible film supply. But to compete on the long term on a market with non-exclusive rights, I think this is a question not to be taken lightly.

    - SBD: What is your business model based on?

    JD: The key focus so far has been T-VoD (transaction video on demand). And we have a small subscription service for different TV platforms, a joint product together with our pay-TV district company. SF Anytime distributes its service over the net but also via a large number of telcos and TV plaforms in Scandinavia.
    The digital market is still at an early phase. There is growth but on a low level. Our estimate is that both IPTV and Internet represent about 3-5% maximum of home entertainment. So in the early stages of a market, it’s more about setting up basics, getting the distribution online, etc. But on the long term, the question remains on how to win the competitive advantages in a market with a very limited ability to compete (no exclusive rights). Do you compete with better tales, or better encoded films, or with price? You have to use something in your value chain that is hard to copy; Apple is a great example of that.

    - SBD: How many downloads have you had in the last years? How did the figures evolve?

    JD: I’m sitting in the board of the newly formed digital resellers organization up here and we had discussions with the film industry, about whether we would give them the volume figures in confidence so they we can jointly have an understanding of how big the market is. And we were not able to convince each other that this was a good idea; which I think is a signal that the market is rather immature. But I can say that SF Anytime has seen a good and healthy growth over the last five years and we have been able to grow with the market. I think we left the “techies” and the “nerdies” behind, and we are moving towards more mainstream consumers. But we are still in a very early phase.

    - SBD: What is SF Anytime strategy regarding connected TV and multiplatform distribution?

    JD: We are active there as well. It’s a new phenomenon. We have launched a service with LG and there are other things yet to come. I think it’s very important to see the connected TV as an extension of the Internet. Since everyone will be there will not be any competitive advantages. It’s still an other way of accessing the net. You might be able to have some exclusive deals but on the long term, it’s still an extension of the Internet.


    • Concerning illegal downloading and the legislative answer

    - SBD: Whereas lots of studies show that illegal downloading causes huge industry losses, some others tend to underline a global positive effect of illegal downloading on digital sales. What is your position on this matter?

    JD: Being part of the traditional film industry, I really have a problem seeing this as a driver force for healthy consumption. I think this is just a deception. The fundamental problem is much deeper. We have to be really careful on how we set the prices. And the only thing we know is that on the long term the price will go down.

    - SBD: What has been the legislative answer from the governments in Scandinavia, along with the EU directive from 2001? What is your evaluation of the legislative framework to protect copyright at the digital era?

    JD: Sweden is not a proud example in this area. It’s been very disappointing since politicians have been fishing in murky water. Sweden has 2 members in the European Parliament who are members of the Piracy party. We should not be bragging in this area. Along with the industry, we are lobbying a lot to get this in line. The pirates have been able to politically organize themselves and debate about privacy, surveillance, espionage, democracy, which they blended together with the idea that everything should be free on the Internet, thus creating confusion. The Piracy party in Sweden is even against the patent laws! I think it’s obvious we need to have a real firm but faire policy. We shouldn’t chase the young criminals but the system today has not been in place. If you are a believer in the market economy, you should also be a believer in strong institutions and law enforcement. And if you can’t have those basics, the future of film industry looks pretty dark.
    We have tried to implement the three strikes system but we have not been successful; the telcos have been lobbying against that.

    - SBD: What is your evaluation of the situation in Scandinavia regarding the windowing?

    JD: There is no legal foundation for windowing in Scandinavia. The system, which has evolved over time, is more based on industry practice. The theater window in Sweden is 4 months, followed by DVD and VoD. For most of the US content, the VoD is 3 months but could be up to 6 months. Then it will be on pay TV, then first pay, then free TV. The TV industry thinks it should get early releases or some kind of forced collapse of the windows. What is happening today is that the VoD market is coming day and date with the physical DVD. The trend is quite clear that everyone is moving towards day and date of movie theater and home entertainment.
    Also, for 10 years, the movie industry has been in a digitalization process. The theater owners need to make a huge investment in the digital projection to upgrade their cinemas. On the other side, most of the savings are occurring on the studios side. So there are some negotiations between the industry side and the theater owners about those investments in digital projectors. This is an important phenomenon to take into account when talking about the VoD releases within the theatrical release. Of course the theater owners are very skeptical.


    • Concerning the consumers

    - SBD: From a consumer point of view, what internal studies has SF Anytime made in order to define the needs and expectations of consumers for buying films online?

    JD: Doing market research is an important part of the business. But do we know or need to know about the consumer? The answer is no, we don’t.

    - SBD: How do you build costumer loyalty? How do you control the user interface?

    JD: It’s extremely important to be able to control the user interface. We will be launching a new interface at the end of 2011. In this early stage of the market, our focus has been on being out there, where the consumption is made. The next phase for anyone in this industry lays in better using of the digital possibilities, flexibilities, new opportunities. The market is not mature, so it’s more about being present, being OK on the basic parameters. The game will be much more challenging going forward. I don’t know if subscription can be the key for everyone.

    - SBD: What is SF Anytime position regarding the use of social media?

    JD: The new site will give us much better functionalities for using social media for example, to create good relationship with the customer base and so on.


    • To conclude

    - SBD: What will be the key factors to success for films online distribution?

    JD: It will be a combination of being good at comforting a position (competence and financial strength), understanding and dealing with distribution, being able to build costumer loyalty since there are no exclusive rights. Everyone can create the business but how do you create a business that makes money on the long term?

    Tags: , , , , , , ,
    Publié dans ENGLISH |

    Aucun commentaire

    27
    10
    2010

    Neutralité du net au Sénat et annonce d’une proposition de projet de loi sur le sujet

    Des rencontres sénatoriales sur la neutralité de l’Internet ont eu lieu hier, organisées conjointement par la commission de la culture (Catherine Morin-Desailly) et la commission des finances du Sénat (Bruno Retailleau). Deux grandes thématiques ont été abordées : la neutralité des contenus et la neutralité des réseaux.

    Avec l’explosion des usages, des besoin de bande passante, du trafic des utilisateurs (notamment sur le mobile), certain acteurs économiques sont tentés de restreindre ou de faire payer différemment selon les contenus. Par ailleurs, le blocage apparaît comme un des moyens pour préserver l’intérêt public et privé. Que justifie la préservation du principe de neutralité ? Peut-on y déroger et sous quelles conditions ? Comment doit-on légiférer ? Quelle position adopter, entre congestion et entrave ?

    Dans le cadre de la transposition du Paquet Telecom, le rôle du Sénat est  ainsi de définir une ligne de pensée, de déterminer des principes fondamentaux, de dresser des pistes de compromis, des modes originaux de règlement des conflits, d’ouvrir un débat citoyen, grand public, afin de fixer dans notre corpus législatif les règles à appliquer sur Internet.

    Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique, intervenue à la fin des rencontres, est venue préciser l’action prochaine du gouvernement : une fois le côté technique de la transposition du Paquet Télécom validé, une proposition de loi (PPL) sera préparée afin de laisser place à une dimension politique.

    Table ronde 1 : Neutralité des contenus


    • Emmanuel Gabla, Membre du CSA

    emmanuel-gabla-csa

    Pour Emmanuel Gabla, l’arrivée des téléviseurs connectés va changer la donne dans le monde audiovisuel à l’ère du numérique. Désormais les deux univers de la TV et de l’Internet se téléscopent et dépassent le cadre des services gérés. Quelle liberté laisser au spectateur ? Quelle qualité de visionnage pour tous ? Il a ainsi annoncé la volonté du CSA de faire comme l’ARCEP et de lancer des auditions afin de définir des propositions, ainsi que l’organisation début février au Sénat d’un colloque sur les TV connectées.

    D’un point de vue juridique, et dans le cadre de la défense de la liberté de communication, il a souligné qu’il est indispensable que les internautes puissent envoyer/recevoir tous les contenus de leur choix, et éviter la marginalisation de certaines sources d’information (par le filtrage, la diminution de qualité de services). Sous cet angle, le principe de neutralité du net se doit d’être le garant de la liberté d’expression et assurer la non-discrimination, la transparance et un service minimum.

    D’un point de vue économique, le CSA apparaît en faveur de possibilités d’aménagement du principe de neutralité du net en faveur des FAI pour financer l’établissement de nouvelles infrastructures, la construction du réseau de fibre optique, pour une facilité de visionnage des contenus vidéos, enrichis.

    Emmanuel Gabla a bien sûr insisté sur le fait que le principe de neutralité du net ne doit pas appauvrir la création et aider au financement de la création par nouveaux fournisseurs de contenus et que ce principe doit s’appliquer également aux moteurs de recherche. Il a ainsi fait allusion aux craintes que les services d’Apple TV, Google TV ne favorisent les contenus outre-atlantiques.

    • Pierre Louette, Secrétaire Général d’Orange

    pierre-louette-orange

    Après avoir cité cette définition de la neutralité du net : « tous les paquets de données sont libres égaux et en droits », un grand principe fondateur du réseau tel qu’imaginé au départ, Pierre Louette a déclaré, qu’au-delà de ce principe, les FAI doivent gérer la saturation due à la montée en puissance des contenus sur des réseaux qui se développent (12% de leur CA serait investi chaque année pour faire fonctionner le réseau), au développement des services mobiles (notamment avec les smartphones).

    Il a alors annoncé la position d’Orange concernant le principe de neutralité du net : trouver un point d’équilibre entre ces deux extrêmes. Une position claire, qu’il a résumée ainsi : « la neutralité n’est pas la passivité ». L’opérateur prône ainsi la capacité à gérer l’accès à des services professionnels (dans le domaine de la santé par exemple, « et tout autre type de contenu ») afin de pouvoir organiser des formes de priorité avec une garantie de services assurée.

    • Alain le Diberder, Conseiller à la création interactive au Conseil d’Administration de la SACD

    alain-le-diberder-sacd

    Les auteurs, a souligné Alain le Diberder, considèrent de plus en plus Internet comme un lieu de création incontournable, où le phénomène du bouche à oreille est démultiplié. Pour lui, la net neutralité permet un accès neutre aux informations et publics, ce qui implique que la SACD est contre les offres différenciées selon les opérateurs.

    Après avoir insisté sur la légitimité du droit d’auteur et le « droit de ne pas se faire voler », il a déclaré que les services de TV connectée doivent venir prolonger le système de financement de la création par l’aval (chronologie des médias). Il a ainsi rapproché le débat sur la neutralité du net à celui de la protection des œuvres sur Internet, réaffirmant le soutien de la SACD à la Hadopi et donc au filtrage.

    • Giuseppe de Martino, Président de l’ASIC

    giuseppe-de-martino-asic

    C’est entant que Président de l’Association des services Internet communautaires, et non sous sa casquette de dirigeant de Dailymotion, que Giuseppe de Martino est intervenu au Sénat. L’ASIC exige la transparence de la part des fournisseurs de réseaux ainsi que la non-discrimination, un système qui préserve les petits acteurs (ce qui ne figurerait pas dans le Paquet Telecom).

    Une position toute nuancée puisqu’il a déclaré qu’il comprenait que les FAI aient besoin de décongestionner les réseaux et qu’une neutralité du net qui empêcherait de pouvoir toucher aux contenus qui transitent pourraient nuire à la sécurité des enfants… Il s’est ensuite défendu d’avoir voulu que l’argument de la neutralité du net soit utilisé pour lutter contre la loi Hadopi.

    Le Président de l’ASIC a ensuite proposé, dans un souci de transparence, l’établissement dans chaque ambassade d’un correspondant en mesure de donner l’état réel des connexions Internet dans les différents pays.

    • Frédéric Goldsmith, Délégué Général de l’APC

    frederic-goldsmith-apc

    Pour le représentant du l’Association des producteurs de cinéma, le débat sur la neutralité du net, au-delà des définitions techniques, est l’occasion de définir les fondamentaux et les chaînes de valeur. La neutralité n’est pas antagoniste à la propriété intellectuelle, a-t-il souligné. Et, la régulation doit rester cohérente quelque soient les technologies concernées.

    Frédéric Goldsmith a rappelé la richesse de l’écosystème français du cinéma, garant d’un équilibre global permettant à l’ensemble des acteurs de prospérer et de croître. Rappelant l’exemple du cinéma italien, qui, en l’absence d’une régulation de la TV, a été « tué en quelques années », il a signalé la richesse de l’exception culturelle française. La France, ayant constaté que le cinéma est un produit d’appel et que ceux qui bénéficient des produits d’appel doivent investir dans le renouvellement des contenus, a ainsi su se doter d’une régulation des services efficace. Il a ainsi insisté sur le fait que le suivi des œuvres et la transparence sont indispensables, avec un maintien du soutien financier des pouvoirs publics pour aider à dynamiser le marché.

    Le problème n°1 pour Frédéric Goldsmith, est qu’avec Internet, les services peuvent désormais s’installer à l’étranger, entraînant une distorsion fiscale importante, avec des taux de TVA différents (entre le Luxembourg et la France). Une déclaration qui n’était pas sans rappeler les débats qui avait eu lieu sur la taxe Google.

    Pour ce qui est de la régulation des flux par les opérateurs, il s’est déclaré tout à fait ouvert à des partenariats avec les opérateurs, dans un souci de partage équitable de la valeur. Car, à l’ère du numérique, l’audiovisuel et le cinéma sont devenus des produits d’appel et la valeur a migré vers les terminaux. Pour lui, les systèmes fermés ne peuvent pas être interdis mais il faut trouver des solutions équitables.


    Table ronde 2 : Neutralité des réseaux


    • Claude Kirchner, Chercheur à l’INRIA

    claude-kirchner-inria

    Aujourd’hui, la technologie permet aux FAI de contrôler l’accès aux applications et aux contenus. Alors, « comment souhaite-t-on contrôler le contrôle » ? Quel impact sur la liberté d’expression ? Claude Kirchner a ainsi rappelé que les technologies de filtrage permettent désormais de biaiser les recherches selon des intérêts économiques et/ou politiques (par exemple, influencer des enchères en ligne, préférer les contenus francophones plutôt qu’anglophones). Etant donné que les protocoles sur Internet véhiculent des philosophies de communication, Claude Kirchner a prévenu que si rien n’est fait pour préserver la neutralité du net, la technologie le faira (et le fait déjà) pour nous.

    Soulignant le rôle fondamental de la recherche et l’importance d’une connaissance approfondie des réseaux pour pouvoir légiférer sur le principe de neutralité du net, et par là la nécessité d’un partenariat technique/législatif, le chercheur a regretté que la consultation publique en France ait été si courte (1 mois). Il a également émit le besoin de développer un observatoire du réseau (protocoles, utilisations) afin de mieux comprendre Internet pour être en mesure de quantifier la neutralité du net.

    bernard-benhamou-usages-de-linternet

    Pour Bernard Benhamou, la neutralité du net étant le premier levier pour la création et l’innovation, il est indispensable qu’il n’y ait pas de seuil d’entrée pour utiliser ce levier. Il a défini le principe de neutralité du net comme étant la loi antitrust des réseaux.

    Il a ensuite affirmé que le gros problème en France, repose en partie sur une certaine culture de l’ingénieur, qui implique une sacralisation de l’infrastructure, le créateur de contenu étant perçu comme un saltimbanque.

    • Arnaud Brunet, Délégué des affaires extérieures et juridiques de Sony

    arnaud-brunet-sony1

    Arnaud Brunet a décrit la TV connectée, qui permet d’avoir accès à des services allant de la TV à l’Internet : regarder la TV hertzienne, connecter la TV via une box des FAI pour faire de l’interactivité et apporter ainsi une profondeur au programme diffusé, utiliser des widgets, accéder à des contenus audiovisuels à la demande (TV de rattrapage, VOD).

    Il a alors souligné la nécessité des moteurs de recherche pour l’accès à la multitude de contenus. Le représentant de Sony a présenté ses craintes face aux accès différenciés des FAI, qui empêchent un accès équitable au réseau et donc la création d’un nouvel écosystème.

    emmanuel-forest-bouygues-telecom1

    L’opérateur a rappelé qu’il faisait face à des coûts fixes importants ainsi qu’à des contraintes techniques non négligeables. Il s’est ainsi déclaré favorable à la facturation en fonction de l’utilisation.

    • Edouard Barreiro, Chargé de mission sur les technologies de l’information à l’UFC Que Choisir

    edouard-barreiro-ufc-que-choisir

    Pour Edouard Barreiro, le Paquet Telecom ne va pas assez loin. Il a rejoint la position de l’ARCEP, en appelant à un « Internet Best Effort » mais avec un niveau suffisant.

    Il s’est déclaré opposé au rôle de policier des FAI, rappelant les risque de dérapage du filtrage qui utilise des technologies dignes d’Etats totalitaires, et le besoin d’une décision préalable d’un juge.

    En réponse à l’intervention d’Emmanuel Forest de Bouygues Telecom, il a déclaré que les réseaux fixe et mobile ne présentaient pas les mêmes contraintes. Sur le réseau fixe, le coût est le même suivant la consommation, alors qu’il n’en est pas de même sur le réseau mobile. Et, étant donné que la facturation est déjà différenciée sur le mobile, il ne peut pas en être de même pour le fixe.

    • Philippe Distler, Directeur général de l’ARCEP

    philippe-distler-arcep

    Enfin, Philippe Distler est revenu sur les dix propositions et recommandations de l’ARCEP.

    Durant le débat qui a suivi les deux tables rondes, on notera l’intervention d’Olivier Esper, Directeur des relations institutionnelles de Google France, qui a déclaré que les moteurs de recherche étaient neutres par nature étant donné que l’exhaustivité étaient un facteur concurrentiel dans leur métier. Répondant aux interrogations concernant le lancement du service Google TV, il en a appelé à la pro-activité des acteurs français et a insisté sur la nécessité de proposer une offre riche sur Internet. À une question d’un auditeur sur le récent accord entre Google et Verizon, Olivier Esper a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un position commune et non d’un accord commercial, renvoyant l’audience au site de l’ARCEP.

    La question de la licence globale a également été soulevée par Stéphane Larcher, Directeur de la publication de la revue Cités numériques, présent dans la salle. Ce à quoi Alain le Diberder (SACD) a coupé court en répondant que la proposition avait du bon puisque la licence globale participe à la création, mais que ce système privait les auteurs de leur droit fondamental de choisir ou non la diffusion des œuvres.

    Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    27
    01
    2007

    Netflix to Deliver Streaming Movies to the PC

    Netflix, the US giant online system for renting DVDs delivered by mail, said in a press release, last January 16, that it would introduce, from the beginning of June, a service to deliver movies and television shows directly to users’ PCs, as streaming video. It is not a new source of income but a way to widen publics and distribution devices. Despite few restrictions (service exclusively available in the US and not yet accessible to the Mac OS users), the stakes are pretty high.

    The service is free. It is only an added bonus for the customers. The streaming viewing hours depend on the subscription fee. For example, the bulk of Netflix’s subscribers, who pay $18 a month and are allowed to keep three movies at home at all times, will receive 18 hours of free watching every month.

    Netflix chose the instant delivery offered by streaming technology over downloads, which can take a while, because it would encourage subscribers to use the system to browse the catalog and discover new movies. If they do not like a movie, they can stop it and will be charged only for the minutes they actually watched.

    Like most other electronic distribution services, Netflix’s system will however work initially only with a limited catalog – about 1,000 movies and television shows, only a tiny fraction of the more than 70,000 titles that Netflix offers for rent. Over time, Netflix hopes to expand the catalog of titles and make the service available on other hardware and software combinations, including set-top-boxes, television screens and portable devices.

    Netflix is entering a more crowded market that includes not only the likes of Apple and Amazon, but also MovieLink, CinemaNow and video-on-demand services offered by cable companies. But the company wants to make sure it gets a toehold in the embryonic world of Internet movie distribution. With its business model based on free suscription, Netflix has a product that compares well with those of competitors. But DVD supply remains the top priority market. Online film distribution still has to solve some technological (formats, compatibility, convergence) and commercial (piracy) problems, that are keeping the market from developing more quickly.

    Tags: , , , ,
    Publié dans ENGLISH |

    Aucun commentaire

    27
    01
    2007

    Netflix va distribuer des films en streaming sur le PC

    Netflix, le géant américain de la location de films sur Internet, a annoncé dans un communiqué de presse, le 16 janvier dernier, qu’il allait proposer à ses abonnés à partir de début juin, un service de visionnage de films et séries TV en streaming pour PC. Pour l’instant, il ne s’agit pas d’une nouvelle source de revenu mais d’un moyen d’élargir publics et plates-formes de distribution. Malgré quelques restrictions (service disponible exclusivement aux Etats-Unis et pas encore accessible aux utilisateurs de Mac OS), l’enjeu est de taille.

    Le service est gratuit. Ce n’est que du bonus pour les clients. Les heures de visionnage en streaming sont fonction du prix de l’abonnement. Par exemple, avec le forfait le plus populaire de Netflix, l’abonné, qui paie 18 dollars par mois pour une location illimitée de DVD avec la possibilité de louer trois films à la fois, pourra, pour le même prix, visionner jusqu’à 18 heures de films par mois.

    Netflix a opté pour le mode de distribution instantanée offert par la technologie du streaming qui permet de commencer à visionner le film avant que la totalité du programme ait été téléchargée. Les abonnés peuvent alors sauter des passages ou arrêter s’ils n’aiment pas, ne sera décompter que ce qu’ils auront réellement visionné. Le système, conviviale et flexible, permet donc aux internautes de tester et découvrir les films du catalogue.

    Comme la plupart des services de distribution électronique, le service commence toutefois avec un catalogue limité ; environ 1000 films et émissions TV, ce qui représente une infime partie des 70 000 titres que Netflix propose à la location. L’objectif à court et moyen terme est d’élargir le catalogue et de rendre le service accessible sur d’autres supports, comme des set-top-box, écrans TV ou autres périphériques mobiles.

    Netflix rentre dans un marché de niche déjà surchargé avec des acteurs comme Apple et Amazon, mais aussi MovieLink, CinemaNow et les services de vidéo à la demande du câble. Mais l’entreprise veut s’assurer de faire partie des précurseurs du monde embryonnaire que représente la distribution de films par Internet. Avec son modèle économique basé sur la gratuité, il s’assure un avantage comparatif face à ses concurrents. Mais la distribution de DVD reste le marché prioritaire. La distribution en ligne de films doit encore résoudre des problèmes technologiques (formats, compatibilité, convergence) et juridiques (piratage), qui freinent l’évolution de ce nouveau marché.

    Tags: , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    27
    11
    2006

    La distribution des films par Internet : l’innovation est ailleurs…

    Article publié le 25 novembre 2006

    dans la revue électronique sur les questions de société liées aux nouvelles technologies, Homo Numericus.

    Lire l’article

    Tags: , , , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire

    27
    12
    2005

    Mémoire de DEA

    Cinéma et Internet :

    Enjeux socio-économiques et politiques pour l’Union européenne de la distribution des films par Internet

    Télécharger le résumé

    Tags: , , , , , , , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire