Intermedia
THE FUTUR OF DIGITAL CONTENTS' DISTRIBUTION
  • Sophie Boudet-Dalbin

    Docteur en sciences de l'information et de la communication (SIC) de l'Université Paris 2 Panthéon-Assas, je travaille sur la distribution des contenus numériques.

    Ma recherche doctorale, pluridisciplinaire, est une étude prospective qui vise à trouver des solutions concrètes pour la distribution des films par Internet, en mesure de dépasser les stéréotypes et de réconcilier les motivations et contraintes des divers acteurs économiques, créateurs, publics internautes et entités nationales.
    ....................................

    Doctor in Information and Communication Sciences at the University Paris 2 Panthéon-Assas, I focus on digital content distribution.

    My PhD, multidisciplinary, aimes at finding concrete solutions for digital distribution of films, that would outreach stereotypes as well as reconcile the motivations and constraints of the various economic actors, creators, audience, Internet users and national entities.


  • Articles taggés avec ‘Vie privée’

    9
    09
    2010

    Facebook et Google auditionnés hier à l’Assemblée, Je t’aime moi non plus

    facebook_googleHier avait lieu à l’Assemblée nationale l’audition des responsables de Facebook et de Google dans le cadre de la Mission d’information commune sur les droits de l’individu dans la révolution numérique. Il s’agissait pour la mission de connaître la politique de ces deux géants de l’Internet en matière de protection de la vie privée, de géolocalisation, de ciblage publicitaire, de lutte contre la cybercriminalité ou bien encore d’éducation au média.

    Comme l’a introduit le président de la mission d’information, le député Jean-Luc Warsmann : « Le réseau Facebook, créé il y a 6 ans, est désormais le n°1 mondial. Il dispose d’une communauté de près de 500 millions d’inscrits, qui téléchargent chaque jour de l’ordre de 100 millions de photographies. Le chiffre d’affaire a doublé entre 2008 et 2009, et il s’élèverait entre 600-800 millions de dollars ; peut-être est-il en train d’atteindre de nouveaux sommets pour 2010. Parmi les 10 sites les plus fréquentés du monde, Facebook est de loin le plus chronophage ; quand un internaute passe en moyenne 1h20 sur Google ou 1h30 sur eBay, il se connnecte 6h par mois sur Facebook. Le phénomène des réseaux sociaux concerne évidemment la France puisqu’on estime à plus de 20 millions le nombre de Français inscrits sur le réseau communautaire et à plus de 8 millions celles et ceux qui s’y rendent quotidiennement, avec les moins de 24 ans qui représentent plus du tiers des inscrits ».

    Richard Allan, directeur Europe de la politique publique de Facebook, a commencé par souligner que les moins de 18 ans ne représentent que 13% des utilisateurs de Facebook. Selon lui, les 30-35 ans demeurent les plus présents, une tranche d’âge qui facilite l’échange intergénérationnel puisqu’ils interagissent sur Facebook avec leurs enfants, leurs amis, leurs parents… Puis, plus tard dans le débat, de souligner que le règlement de Facebook interdit spécifiquement aux mineurs d’ouvrir un compte sur le site communautaire et que tout manquement à cette règle, une fois notifié, entraîne la fermeture immédiate du compte. La protection des mineurs se ferait donc par ajustements successifs suite aux notifications des utilisateurs, de la même façon que pour les contenus à caractère pornographique.

    Richard Allan s’est voulu rassurant concernant cette « procédure d’auto-régulation ». Une procédure bien connue de tous les hébergeurs de contenus sur le net, la fameuse Notice and Take Down : après notification d’un contenu interdit, d’une utilisation ou d’un compte frauduleux, d’un quelconque harcèlement publicitaire, Facebook lance une procédure de vérification et d’analyse, puis ensuite, le cas échéant, ferme le compte incriminé.

    Le représentant de Facebook a ainsi souligné que la politique du site communautaire en matière de vie privée était basée sur une relation de confiance entre le site et ses utilisateurs. Le site héberge les données au nom de l’utilisateur et n’en est à aucun moment le propriétaire. Ainsi, ces données peuvent être supprimées sur simple demande de l’utilisateur. Mais, il serait apparemment fréquent pour les utilisateurs de souhaiter suspendre leur compte pendant un certain temps, puis de le réactiver quelque temps après, car une fois effacées, les données disparaissent totalement. Facebook a donc mis en place une procédure en deux temps suspension/suppression. 

    Il n’existerait donc aucun problème concernant la concervation des données (sauf avec le hacking inhérent sur le net) puisqu’également, et c’est un point sur lequel le directeur Europe de la politique publique de Facebook se devait d’insister devant nos députés français : à aucun moment Facebook ne transfère (pour le moment ?) les données des utilisateurs aux annonceurs.

    Pour ce qui est de la fonction de Tag automatique des photos, Richard Allan s’est montré plutôt enthousiaste : cela permettrait plus facilement aux utilisateurs d’être au courant des photos publiées sur Facebook où ils apparaissent et de pouvoir les effacer si nécessaire…

    Une ambiance plutôt détendue et optimiste donc, pour le n°1 mondial des sites communautaires, puisque la seule accusation grave portée par les députés semblait ne concerner que les désormais célèbres apéros Facebook, dont Richard Allan s’est défendu en assurant que désormais Facebook prévenait les autorités dès qu’un contenu devenait illégal et prônait ainsi la « paix des contenus » (peace of content)…

    Il n’en fut pas de même pour l’audition de Google, qui nous a semblé beaucoup plus tendue ; certainement suite à la volonté affichée de certains représentants de notre gouvernement de taxer les revenus publicitaires du géant de l’Internet… 

    Devant les membres de la mission d’information, Yoram Elkaïm, directeur juridique « Southern and Eastern Europe, Middle East and Africa » de Google, a souligné qu’il existe déjà un cadre juridique, notamment en matière de vie privée, dans le monde numérique et qu’il est faux de penser qu’Internet est un far west. Mais si le socle existe, il a reconnu que des difficultés pouvaient émaner du fait que certaines problématiques du numérique pouvaient être traitées différemment selon les pays. 

    S’agissant de la question des droits d’auteur, notamment avec YouTube, les représentants de Google France ont appuyé une nouvelle technique de protection des contenus, Content ID, une solution gratuite proposée aux ayants droit afin de poser une emprunte sur les contenus et d’en définir les règles de distribution. Et, point intéressant, ils ont annoncé leur intention de développer un système de diffusion pour les œuvres orphelines.

    Dans le domaine de la protection des données privées, Alexandra Laferrière et Olivier Esper, chargés des relations institutionnelles de Google France, ont rappelé que les règles de confidentialité sont accessibles sur la page d’accueil Google et qu’un tableau de bord (dashboard) permet de savoir aux utilisateurs ce que Google garde sur eux et le cas échéant de changer les paramètres (bon à savoir !)…

    En matière de lutte contre la cybercriminalité, le groupe s’est déclaré plus enclin à l’établissement de chartes de bonnes conduites avec les entreprises. Les représentants de Google France ont ainsi cité en exemple les « Social Networking Principles » qui auraient permis d’éditer des principes de signalement de contenus « choquants » afin de les retirer au plus tôt. Ou bien encore, sa collaboration avec l’association La voix de l’enfant, qui aurait permis la mise en place de plusieurs initiatives pour sensibiliser et éduquer les jeunes dans les écoles, aux bonnes pratiques et conseils sur Internet.

    Sur la question du filtrage, la position du géant du net en la matière demeure contrastée. Le fait que le filtrage soit effectif sur Google a cependant été confirmé. Partant de l’exemple du filtrage test « Safe Search », afin que les contenus pornographiques n’apparaissent pas dans les recherches, les représentants de Google France ont ensuite affirmé leur soutien à l’amendement du projet de loi dite Lopsi pour lutter contre la pedopornographie, qui permettrait de faire valider par le juge une liste noire des sites incriminés. Dans un tout autre domaine, ils ont alors souligné la fin du filtrage pour la Chine. Google serait ainsi capable de gérer différemment l’accès aux contenus selon l’origine des utilisateurs (sauf pour les apatrides VPN…) et n’effectuerait pas de blocage pour les pays où il n’est pas implanté… Et, pour rester fidèle à la politique de transparence et de bonnes pratiques affichée par Google, ses représentants ont déclaré que les utilisateurs pouvaient consulter une liste des sites filtrés et demander leur retrait le cas échéant.

    A souligner le fait que ni Facebook, ni Google France, ne se sont prononcés sur la question de la net neutralité, sujet soulevé par l’un des deux rapporteurs de la mission, le député Patrick Bloche, qui a d’ailleurs déclaré que le sujet mériterait certainement une mission d’information propre à ce thème. Le rapport de cette mission d’information sur les opportunités et les risques que les TIC représentent pour la garantie des droits individuels, est attendu pour le printemps prochain. Affaire à suivre donc…

    Tags: , , , ,
    Publié dans FRANCAIS |

    Aucun commentaire